La musique active la zone de la récompense du cerveau et du plaisir.

En écoutant de la musique, nous sécrétons de la morphine qui apaise la douleur. Sous cet angle, la musique (du fait du rythme et des fréquences) s’apparente vraiment à un médicament, explique le neurologue Pierre Lemarquais auteur de « Sérénade pour un cerveau musicien » (ed. Odile Jacob) « Grâce à la stimulation de la plasticité du cerveau, la musique permet de restaurer le réseau de neurones. Elle agit dans les traumatismes crâniens, maladie de parkinson ou encore aphasie. »

Retour haut de page